Chronique d'un collier de succès

29 janvier 2019

Il y a 17 ans, j’ai créé les Perles de Philippine, une marque ultra féminine de bijoux en véritables perles de culture et perles de nacre.

Aujourd’hui, je dirige toujours cette entreprise et dessine moi même mes créations. Je fais un métier artistique. Au-delà de la dimension business, j’ai véritablement le coup de cœur pour mon produit. Partout, H24 et 365 jours par an, je source l’inspiration pour créer quelque chose qui plaît : dans la rue, à un dîner, dans la presse, sur un salon... Mes bijoux je les vois, dans ma tête. Le plus délicat, c’est la colorimétrie, le choix des pantones. Je suis en quête d’inspiration permanente, c’est ce qui me plait dans mon métier.

Le portrait des Perles de Philippine en quelques chiffres :
2 collections par an
60 000 clients en vente privée et en ligne sur le site www.les-perles.com
1 boutique à Lyon
4000 hôtesses ayant déjà organisé une vente privée à leur domicile
400 ventes par saison !
Plusieurs points de vente dans les boutiques de musées ou dans des vitrines prestigieuses (musée Jaquemart André à Paris, Caumont Centre d'Art à Aix en Provence, la boutique des Nations Unies à Genève, etc.)

Alliance en or

Cette aventure est née d’opportunités et de contraintes auxquelles je me suis adaptée : elles ont formé mon chemin.

A l’issue de mes études, j’ai épousé un militaire. Rapidement, j’ai réalisé les incidences que ce choix allait avoir sur mon projet de vie. L’aventure s’annonçait intense : déménagements fréquents, gestion d’une maisonnée rythmée par les départs, imprévus nombreux... J’ai alors cherché une activité que je pourrais emporter avec moi, à exercer dans un cadre totalement flexible. C’est très commun aujourd’hui, mais ça l’était moins 17 ans auparavant !

D’autre part, à cette époque, ma sœur vivait à Manille, aux Philippines. A Noël, elle nous rapportait des perles d’Asie que je trouvais sublimes. C’est tout simplement comme cela que m’est venue l’idée de développer un réseau en vente directe pour partager ce précieux trésor. Balle au centre : cette fois-ci, le réseau militaire s’est avéré très profitable. L’entraide qui y règne et l’accès que l’on a sur ce petit marché plutôt homogène m’ont permis de me lancer rapidement. Plus largement, les tissus familiaux et amicaux m’ont portée.

Mon site internet, au départ, n’était qu’une vitrine. Très vite, les messages d’encouragement d’amis, famille et autres amateurs de la marque se sont transformés en commandes. Je suis donc vite passée au site e-commerce. Nouvelle dimension pour les Perles de Philippine !

Médaillon d’inspiration

Je suis fan d’Hermès et d’une façon générale des marques de luxe à la Française pour leur pour esprit créateur so French. J’aime le concept de société familiale française et je suis admirative de tous les projets d’entreprises qui sont nés d’une idée toute simple alliée à une forte motivation. Complètement d’accord avec ce cher Léonard de Vinci : “un peu de talent et beaucoup de travail”, c’est le secret de la réussite.

Broche précieuse

Depuis le début, on finance un projet caritatif par an.

En 2011, nous avons participé à une opération caritative pour l’association du syndrome néphrotique (AMSN), créée par le mari d’une de mes hôtesses dont la fille était malade du rein.

Cette opération d’ampleur nationale a été parrainée par Yohan Gourcuff, et M6 Boutique a accepté de consacrer une émission entière, que j’ai animée. Ce fût un franc succès ! Nous avons vendu 1500 bijoux en une heure ! Au total, nous avons reversé 22 000€ à cette association.

Couronne d’objectifs

Je souhaite développer des points de ventes supplémentaires, dont un dans le quartier touristique de Saint Jean à Lyon, et un autre à Paris.
J’envisage aussi de franchiser ma marque, ce qui permettrait d’avoir encore plus de boutiques... et de temps pour le travail de création !

Chevalière de valeurs

Selon moi, l’exemplarité est la première des valeurs pour un chef d’entreprise. Il doit emmener les gens au bout du monde. Il en va de même avec les fournisseurs avec lesquels il est primordial de créer des liens de confiance.

J’ai toujours bousculé la relation hiérarchique au sein de mon entreprise : ce qui compte c’est de valoriser ses collaborateurs, de les faire progresser sur leurs points forts. Résultat : mes stagiaires et employés me rappellent à chaque saison en souhaitant revenir travailler chez moi. Leur fidélité est ma joie !